Poterie : Tournage d’un pichet

La magie du tour s’opère toujours quand on voit une pièce en terre prendre forme peu à peu. Pour ceux qui se demandent comment le potier fait sa pièce et pour les élèves de l’atelier, voici un petit article avec les photos et les explications. Vous trouverez beaucoup d’autres articles sur le blog, ici notamment.

Quelques gestes essentiels sont indispensables au début pour réussir à tourner sa pièce.

Pour tourner une pièce sur un tour électrique(ou à pied), il faut de la terre bien sûr, une petite bassine d’eau avec une éponge, une estèque*, un fil à couper.

Il faut ensuite bien s’installer, le plus près possible du tour, les bras bien calés pour qu’ils ne bougent pas. Pendant le tournage les deux mains travaillent de concert pour élever la pièce. Les gestes des mains doivent être doux, surtout pas brusques pour que la pièce monte bien. On travaille avec les mains mouillés pour un contact facile avec la terre.

 

20130926_161253  20130926_162608

Terre, eau, éponges, estèque*, et la magie des mains.

 

Les différentes étapes : préparation de la balle d’argile, montée en cône, centrage de la balle, perçage, ouverture, montées et mise en forme.

Chaque étape est essentielle pour réussir sa pièce, sinon on voit la pièce : se déformer, trop s’évaser, s’écrouler,….

20130926_160845  20130926_162236

Préparer la balle de terre en la travaillant en tête de bélier pour enlever toutes les bulles d’air et l’ homogénéiser. Lors de  la cuisson les bulles d’air feraient fissurer ou pire éclater la pièce dans le four.

 

IMG_6407  La balle prête, la plaquer fortement sur la girelle* pour qu’elle adhère bien et ne s’envole  pas au premier tour!

Pour la première balle on humecte très légèrement la girelle en son milieu ( un trait avec le doigt), pour les suivantes on laisse la terre qui reste après avoir enlevé sa pièce précédente, on ne ré humidifie surtout pas! La balle de terre ne tiendrait pas sur la girelle*.

Essayer de la placer au milieu de la girelle du tour en s’aidant des cercles gravés dessus.

 

 

La balle bien positionnée sur la girelle, on fait tourner le tour électrique à vitesse maximum.

Il faut se mouiller les mains pour que la terre n’accroche pas les paumes et les doigts, il faut le faire aussi souvent que nécessaire pendant tout le tournage.

 

IMG_6408 Le premier geste consiste à  faire la « quille », c’est à dire faire monter et descendre la terre en cône.

Cette action permet de faire remonter les micro bulles et les impuretés éventuelles et surtout de centrer la terre sur le tour.

Le centrage est essentiel pour commencer à faire sa pièce.

Il est nécessaire de répéter ce mouvement au moins trois à quatre fois, jusqu’à ce que la motte soit bien stable sur le tour.

 

 

20131015_153836     IMG_6546

 

IMG_6412 Le centrage est fait quand la petite boite tourne de façon régulière  : ‘en posant la main on ne sent pas de vibrations latérales.

On obtient ainsi une petite boite, la terre est ainsi bien centrée et prête pour l’étape suivante du « perçage ».

Il est essentiel d’avoir des gestes doux pendant le tournage et de ne pas lâcher la pièce brusquement pour éviter le décentrage. Se mouiller les mains régulièrement.

 

 

IMG_6414     20131123_145134

Le perçage se fait avec un pouce, les mains bien stabilisées. Il faut laisser au fond une épaisseur minimum de 1 cm pour pouvoir ensuite tournasser sa pièce, c’est à dire faire les finitions.

Ensuite avec les deux pouces on élargit l’ouverture jusqu’au diamètre désiré.  Le fond de l’ouverture peut être plat ou arrondi pour un bol par exemple. On égalise bien la paroi du fond avec l’éponge.

 

IMG_6469 Montée : on élève la terre, on fait la « montée » .  Il s’agit de faire « monter » la terre qui est au fond pour obtenir un cylindre.

Il faut garder à ce cylindre une forme régulière et légèrement plus fermée en haut pour contrebalancer la vitesse centrifuge. Si le col est trop large la pièce va se décentrer et s’élargir encore plus, il faut resserrer le haut si cela se produit pour garder une forme de cône. On n’oublie pas de ralentir le tour au fur et à mesure que la pièce prend forme.

Il est indispensable de garder une épaisseur suffisante sur le col de la pièce, on ne l’affine qu’à la fin.

 

IMG_6551    IMG_6552

IMG_6477

On procède par étapes successives, en faisant plusieurs montées jusqu’à la hauteur désirée. Il faut faire attention à ce que les parois soient d’épaisseurs régulières, une partie plus mince affaiblirait la pièce et elle pourrait s’écrouler!

On laisse en général 1cm d’épaisseur sur les parois, pour qu’elle ne soit pas trop fragile.

Le surplus de terre sera enlevé lors du tournassage*.

 

 

 

 

IMG_6480 IMG_6484On donne peu à peu  la forme souhaitée au cylindre, ici c’est un pichet assez classique avec le col évasé.

La forme se peaufine avec l’estèque petit à petit.

La forme obtenue, on essuie l’excédent de barbotine et on nettoie l’eau du fond avec une éponge montée sur un long bâton.

 

 

 

 

 

IMG_6486 IMG_6491Dernière finition pour le pichet avant de le retirer du tour.

Il faut faire le bec verseur, pour cela on pince le bord supérieur avec deux doigts (pouce et index de la main gauche) et on tire le bord supérieur vers l’extérieur avec l’autre main.

 

 

 

 

 

 

 

Le voici terminé, pour enlever le pichet de  la girelle on passe le fil à couper au ras de la girelle, de l’arrière vers l’avant. La pièce coupée par son fond on l’attrape délicatement avec des mains propres pour la poser sur une planchette en bois.

Il ne reste plus qu’à attendre  que la pièce soit à consistance de cuir pour la  retravailler : la tournasser* et lui ajouter une anse.

IMG_6489

 

Avec la terre et le tour on peut varier les formes, voici un pichet plus classique, plus rond. Quand on commence à savoir tourner c’est ça qui est magique, voir la terre répondre aux doigts et voir la forme qu’on avait imaginé exister sur le tour.

IMG_6558  IMG_6556 IMG_6561

IMG_6563

Voilà terminé ce petit article pour visualiser les quelques gestes pour faire votre premier pichet. Nous espérons que cela vous a donné envie de découvrir la magie du tour et d’essayer vous aussi.

Bien sûr les photos ne peuvent tout montrer , nous avons essayé d’être le plus clair possible mais ce n’est pas évident de mettre toutes les explications sans faire un article qui serait trop long. En tout cas n’hésitez pas à passer à l’atelier ou  à nous contacter, ici,  pour plus d’explications.

 

*Estèque : pièce en bois, ou en caoutchouc de différentes formes. L’estèque sert à finir la forme et enlever le surplus de barbotine de la pièce à la fin du tournage.

*Barbotine : argile liquide

*Girelle : plateau métallique du tour.

*Tournassage : Quand la pièce est suffisamment raffermit, à l’état de cuir, on procède à la finition. On affine les parois et on travaille la base de la pièce avec des outils spécifiques.

 

 

2 thoughts on “Poterie : Tournage d’un pichet

    • Ravie que ça te plaise, j’avais un peu peur que ce ne soit pas très clair, c’est pas évident d’expliquer, mais si tu as des questions n’hésite pas à me joindre en mp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>