Pichets et compagnie

Voici que se profilent les vacances d’été! Je vous présente les réalisations de l’année par mes élèves qui suivent des cours réguliers(cette année a été un peu chaotique ,mais on s’est bien adapté finalement). Pour le tournage, les élèves ont appris au fur et à mesure : les gestes de base au tour de potier, faire la quille, centrer la terre, monter la terre…

Le plus difficile au début c’est de faite monter la terre de façon régulière, avec des pressions maîtisées pour avoir une épaisseur de paroi régulière. Si par endroits l’épaisseur est trop fine la pièce s’écroulera ou la forme en terre se vrille,plisse et se déchire! C’est la grande difficulté au tour.

L’autre point essentiel est de monter en cylindre, c’est à dire de façon droite en tube. Avec la vitesse du tour de potier, la force cenrtipète fait que les pièces s’évasent spontanément. C’est pour cela que les formes de bols sont les plus faciles au début.

En cours de perfectionnement il faut encore plus de doigté pour parvenir à faire des cylindres droits et hauts. On commence par 500g de poids en terre puis 1kg et encore plus, progressivement.

Cette forme en hauteur et non évasée est essentielle car c’est elle qui permet de réaliser des pichets, des cylindres, des vases,… A partir de ce cylindre on évase les formes aux endroits souhaités pour réussir toutes les pièces hautes et étroites. On peut le faire avec les doigts ou se servir d’une estèque(outil en bois) qui sera plus précis pour peaufiner la forme.

Je vous montre les dernières pièces de fin d’année les pichets de l’atelier. Il faut environ 1kg500 de terre pour avoir une contenance suffisante.

Les voilà fraîchement sorties du tour!

Ci dessous la forme droite est en train d’être arrondie.

L’utulisation de l’estèque permet d’enlever la barbotine et de faire des formes très nettes

Après séchage à consistance de cuir, c’est à dire encore humides mais suffisamment sèches pour pouvoir les manipuler sans trop de déformation on passe à l’étape de finition. Tournassage du pied (finitions sur le tour pour avoir un joli pied lisse) on pose la anse. La forme est libre bien sûr.Ici ce sont des colombins courbés mais toutes les fantaisies sont possibles tant que ça reste adapé pour les saisir!

Les pichets terminés et encore crus, ont peut : cuire, émailler et recuire dans le four ou décorer les pièces non cuites

Le décor a été fait de plusieurs sortes :

Décor mishima : le décor est gravé puis le creux est rempli avec de l’engobe (tere colorée aux oxydes)

Décor gravé et décoré aux engobes

Ce sont aussi des essais pour voir les couleurs qui ne seront définitivement révélees qu’apeès la pose de l’émail et des cuissons.

Les voici terminés! Magnifique résultat je trouve!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website