Le geste juste

« Faire de la poterie », en fait il y a plusieurs façons de faire , de créer avec la terre. Chaque technique est différente mais peut aussi être complémentaire. Je crée mes pièces en utilisant ces techniques de façon souvent combinée, je ne place pas de hiérarchie entre elles.

Le tour de potier, le modelage, l’estampage, le travail à la plaque, la sculpture.

La plus technique : le tour de potier.

Pour être un bon potier il faut plusieurs années d’expériences. Mais si vous êtes débutant ne vous inquiétez pas, en un cours vous verrez les gestes de base et pourrez réaliser des petits bols.

Pour être un potier un peu plus expérimenté.

Quand on sort de l’école de céramique et qu’on a passé le CAP, on maîtrise déjà beaucoup de choses. Cependant on progresse au fur et à mesure qu’on travaille la terre, comme tous les métiers bien sûr, mais ce que je veux dire c’est qu’au fil du tournage, du toucher de la terre on acquiert une sensibilité toute particulière qui fait qu’on « sent la terre ». Ses imperfections, sa façon de se comporter, le point déquilibre et de justesse où la pièce sera le mieux réussi. Et ça de nombreux potiers l’on appris avec le temps, et pas forcément après avoir passé le CAP.

On apprend la lenteur du geste, l’écoulement du temps, de ses erreurs, un vrai métier artisanal, loin de la rapidité des temps modernes et des objets en série. C’est pour çela que j’ai choisi ce métier, être en contact avec la matière, produire de ses mains un objet à nul autre pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website