Poterie : tournage, les étapes

Un petit article pour vous expliquer les différentes étapes pour tourner un pot sur le tour de potier.

Quand on regarde sur internet les vidéos sont magnifiques et le potier à l’air d’être un magicien; ce qui est un peu vrai, c’est la magie de la terre!

Je vous ai préparé des photos des différentes étapes qui sur les vidéos se font très vite pour un potier expérimenté.

La terre

La couleur de la terre peut être blanche, rouge ou autre couleur, cela a peu d’importance pour le tournage. Il faut qu’elle soit lisse, sans chamotte, c’est à dire sans grains, ce qui ferait mal aux mains. La terre chamottée est surtout utilisée en sculpture . Il faut aussi qu’elle ait une bonne plasticité : c’est le pouvoir garder la forme donnée.

Préparer sa boule de terre

Il est essentiel de préparer la balle de terre au tournage. On la travaille pour bien l’homogénéiser, donner le même degré d’humidité et surtout enlever toutes les petites bulles d’air qui pourraient la faire exploser dans le four.

C’est une étape indispensable à faire avec soin

Dans un atelier traditionnel tous le morceaux de terre crue sont réutilisés. Quand la terre est molle on rassemble juste les morceaux et on la met à l’abri de l’air pour éviter qu’elle ne sèche. Si la terre est devenue sèche et dure on la mouille et après un certain temps on refait une pâte utilisable.

Cette terre recyclée contient des bulles d’air et des différences d’homogéinité. Il faut la travailler longuement pour la rendre propice au tournage .

Tournage

La balle d’argile est lancée avec force au centre du plateau qui se nomme la girelle pour qu’elle adhère bien. Il faut ensuite la centrer pour qu’elle tourne de façon homogène, sans secousses

Pour cela on monte et on descend la terre en forme de cône.

Cette étape permer de bien aligner les particules d’argiles et de faire monter les bulles d’air qui pourraient subsiter et les impuretés. Cela permet de centrer la balle de terre

Le perçage

Il se fait avec le pouce. Le trou est ensuite agrandi à la taille souhaitée pour le fond de sa pièce. Il peut être plat ou concave pour par exemple un bol. Il faut s’assurer avec le pique de potier l’épaisseur qui reste au fond. Elle doit être d’environ 1 com, en dessous on ne peut garder la balle car il y a toujours un rétrécissemnt au séchage et à la cuisson de 10% environ.

La montée .On élève la forme, la quantité de terre du bas de la pièce étant plus imortante on affine la pièce. On monte la terre du bas vers le haut pour avoir une épaisseur d’environ 1 cm partout (un peu plus en bas pour soutenir la pièce)

La pièce s’agrandit au fur et à mesure du geste. Il faut être régulier dans ses mouvements et avoir une pression adaptée en faonction de l’épaisseur.

Il ne faut surtout pas élargir, ouvrir la pièce car elleserait très difficile, voire impossible à refermer.

Les formes innatendues se font parfois sous les doigts!

Ici la pression est plus importante dans les creux. Cela peut être fait de façon voulue …ou pas. Mais c’est rès joli vous ne trouvez pas?

La terre étant montée il faut ensuite donner la forme définitive. Droite, arrondie ou évasée c’est au choix du tourneur.

Ici la pièce a une jolie forme bien arrondie.

On nettoie tout autour afin de retire la pièce plus facilement du tour.

On utilise une « estèque » un pièce en bois de forme triangulaire mais il existe d’autres formes qu’onpeur utiliser

On passe le fil de potier en dessous de la pièce, bien au ras, sans s’arrêter.

On peut enfin prendre sa pièce du tour en la faisant glisser délicatement. A ce stade il ne faut pas trop toucher la pièce car elle est très molle et gorgée d’eau. On la pose pour la sécher et ensuite on la retravaillera.

Le bol sèche tranquillement pour arriver à consistance de cuir, suffisament dure pour la manipuler sans déformation mais encore malléable

Elle est travaillée sur le tour ensuite : c’est l’étape du tournassage. On fait un joli fond et on donne une belle forme bien lisse.

Elle sèchera encore quelque temps avant de passer au four une première fois,puis émaillée elle sera recuite. L’émail la rend brillante et propice à un usage quotidien.

Voilà , après toutes ces étapes elle est finie!

Le travail artisanal de poterie est un processus qui demande du temps, aucune de ces étapes n’est à négliger. C’est ce qui fait la beauté de chaque réalisation et la rend unique. C’est un métier de passion.

Ce métier demande de la patience et le tour un entrainement régulier pour progresser. Mais on peut dans les premeirs cours comprendre les gestes et arriver à faire ses premières pièces. Les cours de l’ateleir se déroulent à 4 personnes maximum, ce qui fait que chacun est bien entouré constamment.

Si vous voulez essayer le tournage n’hésitez pas à me contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website